carte-relais

-          Après un tracé considéré comme le plus difficile qui puisse avoir existé, le circuit de 100 km de Bretagne (100 km de la Vallée du Semnon) a subit un énorme lifting en 2012 …

-          Les organisateurs modifient en effet, tous les cinq ans le tracé de cette épreuve et tout en gardant les mêmes communes (à 90%), le sens de la course est tout simplement inversé. Toutefois les routes ne sont pas systématiquement les mêmes et de nouvelles difficultés apparaissent comme d’autres disparaissent. C’est l’originalité de l’organisation qui désormais confirme ses preuves au fur et à mesure des années.

-          L’actuel tracé permet d’abord de parcourir près de 9 km sur la voie verte, donc assez facile, mais les centbornards auront besoin de leur torche pour se faufiler sur ce long chemin plat. Après les ravitaillements de Teillay (km 17) et Ercé en Lamée (km 20), les principales difficultés vont apparaître avec l’entrée et la sortie du bourg de La Bosse-de-Bretagne, commune qui confirme ainsi son appellation. Une longue allée passant par Lalleu permettra de récupérer des forces avant de s’attaquer à la montée de La Couyère. (km 40).

-          Puis les côtes se succéderont au rythme infernal d’une montée tous les cinq-six kilomètres. Certes, ce ne sont pas des monts infranchissables, mais la sortie de Le Sel-de-Bretagne (km 60), la montée de Pancé (km 65), la sortie de l’Ardouais (moulin sur le Semnon), l’arrivée sur Pléchatel (km 70), la campagne grimpante et la longue descente vers la gare de Pléchatel nécessiteront des efforts aux muscles déjà bien actifs … Après la dernière montée sur l’église de Messac (Km 82), la route s’étirera en longueur, passant par La Noë-Blanche, sans véritables difficultés. Il faudra attendre les cinq derniers kilomètres, peu avant Bain-de-Bretagne et deux derniers sursauts à deux et un kilomètre de l’arrivée (Tanneries et Centre Ville) pour enfin se libérer.

-          Le dénivelé positif (+ 1097 m ) prouve combien les difficultés seront plus accessibles, mais il n’en reste pas moins sélectif.